Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivement Demain

Vivement Demain

Toute la Gaule est envahie par l'idéologie néolibérale . Toute la Gaule ? NON ! Dans le nord Deux-Sévres une poignée d'hurluberlus résiste

La fontaine sèche

S'il est arrivé que Vivement demain débatte voir critique l'architecture de l'hôtel Tyndo, il nous arrive aussi de rendre à César ce qui est à César et l'événement étant passé inaperçu dans la presse locale nous tenons à souligner le coup de pub génial réalisé par le Centre d'ART et la DRAC en invitant l'artiste international Hiro Nawusaki à venir réaliser une oeuvre inédite à Thouars

C'est à la découverte d'une œuvre de l'artiste japonais de renommée internationale Hiro Nawusaki que le Centre d'Art et la DRAC convient les visiteurs épris d'art contemporain jusqu'au 16 septembre prochain. Cet événement culturel exceptionnel qui dépasse de loin les possibilités de la ville de Thouars et de son agglo n'a été possible que grâce aux bonnes relations entretenues de longues dates entre les dirigeants du Centre d'Art et de la DRAC avec l'attaché culturel de l'ambassade du Japon.

La fontaine sèche

Mais de quoi s'agit-il ? IN SITU : La fontaine sèche.

Au spectateur arrivant sur la place Jeanne d'Arc s'offre la vue d'une fontaine drapée d'un film de polyéthylène contenu par des bandes adhésives oranges. Le bassin où jaillit d'ordinaire toute l'année une eau claire et rafraîchissante a été vidé volontairement par l'artiste en une action nocturne pendant la pleine lune du 16 mai à 1heure 42 exactement. (Rappelons pour le profane que c'est l'heure habituelle à laquelle l'artiste a coutume de signer ses œuvres, la somme des chiffres 1,4 et 2 donnant sept et le sept étant profondément ancré dans la mystique japonaise)

Ainsi emmaillotée la fontaine dont la silhouette floue apparaît au travers du film plastique n'est pas sans évoquer un samouraï combattant la sécheresse (une bandelette en forme de croix sur le côté gauche ressemblant fort à une épée ou un sabre y contribue). Car c'est bien à l'opposition entre l'attente du visiteur approchant la fontaine et y projetant mentalement l'image qu'il se fait d'une fontaine dispendieuse de fraîcheur et la dure réalité d'un bac nu et vide de son contenu mais non dénué de sens que l'artiste a voulu nous confronter.

La fontaine et l'association immédiate avec l'eau qu'elle est censée prodiguer nous renvoie inexorablement à la rivière qui enceint la vielle ville. La clarté supposée de cette eau est symbolisée par la transparence du film de polyéthylène tandis que le corps en fonte de la fontaine se dresse comme un roc, comme le plateau rocheux sur lequel a été fondé la ville, confirmant ainsi si besoin était le caractère in situ de l’œuvre.

La couleur orange des bandes qui entoure cette œuvre nous est familier en tant que signal sémiotique de faire attention, de danger. Il s'agit bien sûr du danger de sécheresse qui menacerait les habitants si la rivière, telle la fontaine, cessait de couler. Cette métaphore et la présence toute proche de la chapelle qui a perdu sa vocation religieuse nous conduit bien sûr à la traversée du désert biblique. Qui dit désert dit soif et celle-ci est à prendre au sens large car c'est aussi de soif de culture dont il s'agit car l'artiste dont l'engagement n'est plus à prouver (voir notes 1,2 et 3) nous ouvre ainsi les yeux sur ce qu'il adviendrait si les subventions venaient à manquer du fait de la rigueur budgétaire. Cette rigueur est d'ailleurs habilement évoquée par les lignes strictes et droites de l'entourage du bassin octogonal, figure fermée d'un rigorisme géométrique, sans échappée possible, tel le TINA (=there is no alternative) du dogmatisme de l'économie ultralibérale.

Bien évidemment nous n'en sommes pas là à Thouars et l'amateur d'art repartira soulagé à la seule pensée qu'il suffira à la fin de l'exposition d'enlever bandelettes et film de polyéthylène pour que l'eau du savoir rejaillisse et le bassin se remplisse de nouveau.

L'exposition est gratuite et ouverte tous les jours 24h sur 24. Elle prends toute sa saveur par temps de pluie où le bassin se remplit mais la fontaine en fonte reste sèche sous sa pèlerine transparente. Ces jours de pluie des visites guidées spéciales sont organisées par la DRAC à 14:00 et 16:00h en présence de l'artiste. Une contribution de 3,00 € (sorry, TINA) est demandée. Le calendrier des jours de pluie prévus par l'artiste est disponible à l'Office de tourisme sur simple demande.

Notes :

Choix non exhaustif d’œuvres d'Hiro Nawusaki:

  1. « le vélo sans sel » Amsterdam 1985

  2. « Nuages sur le Sahara » Reykjavík 1993

  3. « Tollé général X76 » La Garenne St-Hilaire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article